• décembre 2, 2019

La liberté de choix

La liberté de choix

La liberté de choix 1024 684 Choose Paper

Le choix est une pierre angulaire de la concurrence dans le commerce de détail, mais le droit de choisir un reçu papier ou numérique est retiré à la caisse

 

Une guerre est en train de se livrer aux caisses et guichets du monde entier. Des boutiques de mode aux supermarchés, en passant par les établissements de restauration rapide ou encore les magasins de bricolage, les commerçants tentent doucement de détourner leurs clients des reçus papier au profit des reçus électroniques.

Les arguments qu’ils avancent face au client ont trait à la facilité (« Aucun papier à emporter ! »), à l’organisation (« Gardez la trace de vos achats à un seul endroit ! ») ou même à l’environnement (« Abandonnez le papier et sauvez un arbre ! »). Mais la véritable raison est que les commerces de détail veulent réduire les dépenses qu’ils engagent pour leurs magasins physiques, et l’abandon des reçus papier est précisément l’un des moyens d’y parvenir.

 

Une pente glissante

Actuellement, la plupart des magasins qui proposent un reçu électronique mettent aussi un reçu papier à disposition sans coût supplémentaire. Mais, comme c’est déjà le cas pour les factures de services d’utilité publique et les extraits de compte, il ne faudra peut-être pas longtemps avant qu’un coût supplémentaire soit associé à l’option papier, à laquelle le client a pourtant légalement droit. Une fois ce stade atteint, la demande de reçus papier enregistrera une nette baisse et bon nombre de magasins abandonneront tranquillement cette option.

C’est le progrès, direz-vous, mais priver les clients du libre choix soulève une série de questions importantes autour de la vie privée, de la sécurité, des droits des consommateurs et – plus préoccupant encore – de la capacité à gérer la dette.

 

Une solution sûre et sécurisée ?

Dans la mesure où, pour recevoir un reçu numérique, le client doit communiquer ses coordonnées, la suppression de l’option papier suscite des inquiétudes en matière de protection de la vie privée et de sécurité. Malgré le règlement général sur la protection des données (RGPD), il s’avère que de nombreuses entreprises utilisent les données de leurs clients à mauvais escient, en ajoutant par exemple leur nom dans une base de données marketing ou en vendant leurs informations à un tiers, ce qui peut entraîner un bombardement quotidien de communications indésirables.

En plus de saturer les boîtes de messagerie électronique, il y a aussi le risque que les informations personnelles des clients soient perdues ou volées et que les clients soient confrontés à des virus informatiques ou à des comportements criminels potentiellement dévastateurs – tout cela à cause d’une simple adresse e-mail qui atterrit dans de mauvaises mains.

 

La tranche de population délaissée

Qu’êtes-vous censé faire si vous ne possédez pas le haut débit ou si vous avez un handicap majeur qui vous empêche d’accéder à Internet ?

Comme c’est le cas pour de nombreux développements technologiques, ce sont souvent les couches les plus vulnérables de la société qui sont laissées pour compte – les seniors, les personnes handicapées ou celles qui ne peuvent pas se payer d’appareils électroniques. Et pour ceux qui ont un petit budget, les reçus papier peuvent s’avérer indispensables pour suivre leurs dépenses et éviter de sombrer dans les difficultés financières.

« Bon nombre de personnes vulnérables de notre société sont priées de se mettre à Internet, mais n’en ont tout simplement pas la capacité ni la possibilité », explique Judith Donovan, présidente de Keep Me Posted, une campagne européenne visant à donner le choix aux consommateurs quant au mode de réception de leurs factures et relevés. « Qu’êtes-vous censé faire si vous ne possédez pas le haut débit ou si vous avez un handicap majeur qui vous empêche d’accéder à Internet ? Ou si vous ne pouvez pas vous payer un abonnement à Internet parce que vous êtes au chômage ou encore aux études ? C’est une terrible injustice. »

 

À prendre ou à laisser

Il s’agit en fin de compte de laisser la liberté de choix au client ; celui-ci doit pouvoir choisir comment il reçoit ses reçus, sans que ce choix implique une pénalité ou des frais supplémentaires. Et puisqu’il est peu probable que la législation gouvernementale intervienne pour garantir cette liberté de choix, c’est au consommateur qu’il revient de préserver son droit à disposer d’un reçu papier.

Donc, la prochaine fois que vous êtes à la caisse et qu’on vous demande si vous préférez recevoir un reçu électronique, demandez un reçu papier… et gardez votre liberté de choix.